CNAPESTE MOSTAGANEM

Réflexions Libres

Voici des articles dont l'un d'eux fut publié dans le Quotidien d'oran en 2007

Ces aticles sont signés par M.Atman BOUHARIRA 

Retraité, ex. directeur régional de deux antennes CAMEMD d’Oran et de Tiaret, ex. professeur chef de travaux, formateur.

 

Nous retenons au niveau de ce site la  présentation de M.Atman BOUHARIRA de ces écrits :

 

"Ceci est la réflexion d’un enseignant retraité, qui a passé une quarantaine d’années dans l’enseignement technique et qui a voulu parler du métier qui l’a passionné toute sa vie durant."

 

Merci Monsieur de nous éclairer...même si c'est sujet à débat....et que , comme vous dites vous même : "certains passages doivent être revus..."

 

BONNE LECTURE A TOUS 

 

Le Coordonnateur de Wilaya de Mostaganem CNAPEST

M. ROUBAI CHORFI Mansour

 


RÉFLEXION SUR L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE EN ALGÉRIE
 
 
I-          PRÉAMBULE
II-        BREF HISTORIQUE
III-       ENSEIGNEMENT TECHNIQUE, ENSEIGNEMENT            PROFESSIONNEL ET FORMATION PROFESSIONNELLE
IV-       LA MONDIALISATION ET SES CONSÉQUENCES SUR LE  SYSTÈME D’ENSEIGNEMENT ET DE LA FORMATION
V-        CONCLUSION-SUGGESTIONS
VI-       LEXIQUE
------------------------------------------------------------------------------------------------ 
I-     PRÉAMBULE
 
Ceci est la réflexion d’un enseignant retraité, qui a passé une quarantaine d’années dans l’enseignement technique et qui a voulu parler du métier qui l’a passionné toute sa vie durant.
C’est à l’occasion de rencontres avec d’anciens collègues toujours en fonction, que j’ai décidé de faire part de mon point de vue, espérant enrichir le débat, sur un sujet qui demeure une des préoccupations les plus importantes de l’éducation nationale depuis au moins les trente dernières années; pour notre pays autant que pour la quasi totalité des autres pays du monde. A la différence qu’ailleurs, le devenir de l’enseignement technique est une priorité majeure.
Il faut dire que si la communauté de l’enseignement technique s’inquiète beaucoup des changements intervenus ces dernières années, l’incertitude sur la stabilité de leur poste de travail affole sérieusement les professeurs. Mais doit-on nous inquiéter seulement sur le devenir des enseignants?
Partant de mon expérience en qualité de professeur technique, professeur chef d’atelier, professeur chef de travaux, de formateur puis directeur régional de deux antennes du CAMEMD durant les quatre dernières années de ma carrière; années durant lesquelles j’ai effectué plusieurs missions à l’étranger (Italie, France, Espagne, Angleterre), j’ai pensé pouvoir exprimer là un avis de terrain, espérant apporter une modeste contribution à l’éclaircissement de ce pan très important pour ne pas dire vital pour l’avenir de notre éducation et par extension, de notre industrie nationale.
En l’absence de communication et d’informations concernant les motivations ainsi que les modalités du transfert de l’E.T à la Formation Professionnelle, j’ai inventorié une série de questions ou de préoccupations relatives à l’E.T auxquelles j’ai essayé d’apporter un embryon de réponse.
-         Quel est l’état de l’enseignement technique de notre pays aujourd’hui?
-         Pourquoi des changements?
-    Comment et sur quels critères sont élaborés les programmes et les horaires et par qui?
-         Qu’est ce qui a changé dans le monde et qui influe directement sur l’E.T.?
-         A-t-on tenu compte de l’élément éducatif de l’élève futur ingénieur, futur technicien ou simple ouvrier?
-         A-t-on simplement tenu compte de notre milieu industriel et plus généralement de notre marché du travail?
A mon humble avis, il me semble que non. Et c’est ce qui a motivé cette réflexion.
 
II-   BREF HISTORIQUE
 
L’enseignement technique a réellement vu le jour en Algérie dans les années vingt avec la création des écoles professionnelles. La formation des ouvriers se faisant jusqu’alors sur le tas dans les ateliers et usines privés; puis à la fin des années trente avec la création des centres de formation professionnelle des adultes (pour soutenir l’industrie de guerre). Ces écoles et centres étaient chargés de former, à travers un enseignement axé essentiellement sur la formation pratique, les ouvriers destinés aux rares petites usines ou entreprises implantées dans les grands centres ou aux ateliers de réparation de matériel agricole.
Ces établissements accueillaient principalement des enfants de colons et quelques enfants de privilégiés algériens. Ceux-ci étaient plus facilement orientés vers la formation professionnelle que vers les écoles professionnelles.
Ce n’est qu’à partir de 1945 que des centres d’apprentissage (CA) sont créés. Ils accueillent les élèves issus du primaire ne pouvant accéder au collège ou au Lycée. Ces derniers sont orientés vers les CA pour l’acquisition d’un CAP au bout de trois années d’études. L’enseignement dispensé comprenait environ 60% de travaux pratiques pour seulement 40% d’enseignement théorique.
Ces établissements accueillent un peu plus d’algériens mais l’obtention du CAP n’était pour eux pas chose facile.
A partir de 1958 les centres d’apprentissage deviennent des Cours Complémentaires d’ Enseignement Professionnel (CCEP), quelques collèges et Lycées techniques voient le jour dans les grands centres comme Alger, Dellys, Oran, Constantine et Annaba. Les collèges et les Lycées pour la formation de techniciens tandis que les CCEP pour les futurs ouvriers.
L’accès pour les algériens devient plus facile dans les CA et CCEP que dans les Lycées ou collèges. Les diplômes délivrés sont le Brevet d’enseignement Industriel (BEI) ainsi que le Brevet Professionnel (BP) pour les collèges techniques, le Baccalauréat technique pour les Lycées techniques tandis que le CAP se préparait toujours en trois ans dans les CA et CCEP.
Après l’indépendance, les CA deviennent Collèges d’Enseignement Technique (CET) puis Collèges Nationaux d’Enseignement Technique (CNET) où l’on prépare le CAP en trois années et où les programmes appliqués étaient ceux hérités d’avant l’indépendance (mise à part les matières sensibles telles que l’histoire, la Géographie…)
En 1962 l’ENNEP (qui deviendra ENNET) est créée, pour assurer la formation des Professeurs Techniques Adjoints (PTA) ainsi que les Professeurs d’Enseignement Technique Théorique (PETT). L’école fermera ses portes au cours des années 70; elle est remplacée par l’ENSEP (qui deviendra ENSET) qui délivre la licence d’enseignement pour les professeurs techniques des Lycées techniques et Technicums.
Il faut rappeler que vers la fin des années 60, le CAP est réformé, certaines spécialités disparaissent des CNET au profit de la FPA comme la plomberie, la menuiserie, l’ébénisterie, la maçonnerie, la mécanique auto, la ferronnerie-serrurerie etc…
Les CNET gardaient pour eux les métiers de l’électricité et de la mécanique (ajustage, tournage, fraisage), qui deviendront par la suite mécanique générale option A et option B, et électricité bâtiment. Ceci, jusqu'en 1974 où les CNET disparaissent et avec eux les CAP (décernés depuis par la Formation Professionnelle seulement).
Les CNET sont remplacés par les Technicums qui sont chargés de donner un enseignement modulaire de trois ans sanctionné par un Diplôme de Technicien (DT). Ces élèves étaient destinés soit alimenter directement le marché du travail, soit pour les meilleurs, un accès à l’université pour l’acquisition du diplôme de technicien supérieur (cycle court).
Parallèlement, un bureau de recherche et de réalisations pédagogiques est créé à Oran «GÉCOPÉDAGOTECH». Un travail considérable a été réalisé; des programmes pour les technicums et les Lycées techniques sont élaborés. Ce bureau a été dissout avec le système modulaire dans les Technicums.
Ce cycle n’a duré que trois années scolaires. Les technicums fonctionnent en parallèle avec les Lycées techniques, et utilisent les mêmes horaires, les mêmes programmes et délivrent les mêmes diplômes : le Baccalauréat de Technicien.
Dans les années quatre-vingt les technicums ont proliféré à un rythme accéléré; les professeurs techniques adjoints sont intégrés dans le corps des professeurs techniques de Lycées techniques et le corps des Inspecteurs de l’enseignement technique et de la formation est créé. L’urgence a voulu que le seul critère de recrutement dans ce corps fût l’ancienneté en qualité de professeurs.
Par ailleurs, durant les années 80-90 les horaires et programmes subissent plusieurs changements sans pour autant atteindre une véritable réforme ni même des sommets pédagogiques. Ces changements successifs ont toujours eu lieu sous la pression des universitaires et se traduisaient seulement par l’augmentation des horaires de mathématiques et de physique au détriment des travaux pratiques et des matières techniques.
Ce système demeure jusqu’au résultat actuel que nous connaissons.
 
III-     ENSEIGNEMENT TECHNIQUE- ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL ET FORMATION PROFESSIONNELLE
 
1) L’Enseignement technique : Jusqu’en 2005, il a été conçu comme un enseignement «semi professionnel» du fait que les élèves sortant de ce système sont orientés vers le cycle court à l’université mais ne peuvent pas occuper un poste de travail directement en entreprise sans subir un stage ou une période d’adaptation plus ou moins longue; ce qui nécessite pour le recruteur, un investissement supplémentaire dont il pouvait se passer.
         En outre, les changements successifs d’horaires et de programmes n’ont jamais réussi à rendre cet enseignement à la hauteur de ce qu’il aurait du être; c'est-à-dire performant et en phase avec le niveau des entreprises qui elles, se sont quelque peu modernisées.
        2) Enseignement Professionnel et Formation Professionnelle
N’y a-t-il pas confusion entre Enseignement Professionnel et Formation Professionnelle? Quand on sait que les publics concernés par ces deux systèmes sont différents, que les méthodes pédagogiques sont différentes, que les objectifs de formation sont différents, que la durée de formation n’est pas la même, que l’organisation pédagogique des établissements n’est pas la même.
S’agissant de la Formation Professionnelle, celle-ci s’adresse essentiellement à des adultes pour l’acquisition d’un métier dans un temps relativement court, afin d’occuper un poste de travail d’ouvrier qualifié; Tandis que l’enseignement Professionnel s’adresse aux sortants du collège pour suivre au moins trois années d’études en vue de l’acquisition d’un diplôme permettant, soit d’occuper un poste de technicien de niveau IV en entreprise, soit permettre la poursuite des études en institut universitaire  pour une formation de technicien supérieur et pour les meilleurs, pouvoir aller jusqu’au diplôme d’ingénieur d’application.
 
IV- LA MONDIALISATION ET SES CONSÉQUENCES SUR LE     SYSTÈME D’ENSEIGNEMENT ET DE LA FORMATION
 
Dans un écrit officiel de 1998, il est dit au sujet de la mondialisation et des mutations technologiques et la révolution de la communication:«Le monde contemporain, dopé par la révolution de l’information et de la communication, vit une accélération vertigineuse des connaissances, du savoir et des savoir-faire, eux-mêmes source d’innovations technologiques et de progrès social».
«Le volume de la connaissance universelle double en moyenne tous les 10 ans et la moitié des données en technologie deviennent obsolètes au bout de cinq ans».
 «Dans un monde technologique qui tourne si vite, il n’existe plus guère de métiers parfaitement repérés et la crédibilité du système éducatif algérien résidera dans sa capacité à anticiper, conduire et maîtriser, conjointement avec  les sphères de la vie professionnelle, l’évolution des métiers».
Aucune connaissance acquise, ne peut l’être d’une manière absolue, définitive, l’apprenant doit avoir la capacité de revoir ses acquis en permanence, en tous les cas à chaque fois que de besoin. «Il doit apprendre à apprendre».
Il est dit également: «Le développement accéléré des moyens de communication et des transports, l’intensification des échanges inter états, l’internationalisation des entreprises, la densification des rapports commerciaux et la mondialisation des enjeux ont bouleversé la vision du monde et conduisent aujourd’hui à la globalisation de l’économie mondiale».
Par ce fait le marché du travail est amené à subir des changements qui auront une répercussion certaine dans le domaine de l’éducation et de la formation; s’imposera alors, une formation tout au long de la vie et le renouvellement régulier de l’enseignement technique et professionnel ainsi qu’un perfectionnement continu des connaissances et des compétences.
 «A moins qu’une réforme ne soit rapidement mise en œuvre  pour accroître les performances du système éducatif, le pays risque de franchir le seuil du troisième millénaire insuffisamment préparé pour la compétition qui se dessine dans le cadre de la globalisation de l’économie mondiale, lorsque la croissance sera fondamentalement et plus que jamais basée sur le savoir scientifique et technique ainsi que sur les savoir-faire technologiques». A l’évidence, c’est d’une actualité brûlante.
La plupart des pays, y compris les pays en voie de développement, ont depuis quelques dizaines d’années déjà, procédé à la réforme de leurs systèmes de formation et de leur enseignement technique en particulier. Cela à la lumière des changements économiques, sociaux et politiques induits par la MONDIALISATION.
Au départ, la majorité de ces états étaient confrontés au même problème qu’était le décalage existant entre leurs systèmes de formation et le milieu industriel, lequel a évolué plus vite que l’E.T.
C'est-à-dire que ce que nous enseignons à nos élèves est souvent dépassé par ce qui existe dans l’industrie. Ce qui nécessite des stages supplémentaires d’adaptation au poste de travail plus ou moins longs.
Si chacun des ces pays a procédé selon ses propres impératifs à la réforme de son système de formation, tous par contre ont adopté une démarche généralement identique à quelques différences près. C'est-à-dire qu’ils ont tenu compte des bouleversements provoqués par la mondialisation sur le monde du travail.
Tous ont élaboré une démarche rationnelle et sont arrivés à réaliser leurs objectifs, ou sont sur le point de le faire, avec plus ou moins de bonheur. 
Chez nous, le rapprochement entre l’école et l’industrie a été une préoccupation constante depuis au moins 1990 sans pour autant trouver une véritable solution à ce problème. Pourquoi?
La réponse peut paraître simple de prime abord: le problème n’a pas été abordé sous tous ses aspects, et surtout sous l’aspect socio-économique.
En effet, pendant longtemps nous avons pensé que l’institution des stages en entreprise ainsi que la conclusion de contrats de vente des objets fabriqués dans les établissements, allait régler le problème. Si ces décisions ont été sans aucun doute une bonne chose, il n’en demeure pas moins qu’on s’est vite aperçu que cela était insuffisant et que le problème était un peu plus compliqué.
Nous devons  savoir, par exemple, que la réflexion sur la conception d’un produit ou d’un service a complètement changé, que l’organisation de la production a changé, que les stocks de produits sont réduits au minimum, que l’on ne fabrique désormais que ce qui est potentiellement vendable et que ce produit pour se vendre, doit être conçu et adapté au besoin du client. Nous devons admettre que la gestion de l’espace et du temps est un élément très important dans la conception et la production; enfin que les notions fondamentales comme la précision, la rigueur, l’économie ainsi que l’esthétique doivent être inculquées très tôt à l’école et à fortiori dans l’Enseignement Technique et Professionnel.
L’erreur serait de croire que ceci ne peut nous concerner, et considérer que notre enseignement et par  extension notre industrie sont et demeureront attachés aux vielles méthodes du passé.
Actuellement ni dans la définition de nos profils de formation, ni dans la définition des équipements technico-pédagogiques, ni dans l’élaboration des programmes d’enseignement il n’est tenu compte de ces changements. Beaucoup d’enseignants et de responsables pédagogiques, particulièrement ceux du technique se sont rendu à l’étranger à l’occasion de missions pédagogiques sous l’égide de l’inspection générale du Ministère ou de missions techniques sous l’égide du CAMEMD; ils auraient pu constater de visu ces profonds changements, cela aurait du les inspirer, ou éveiller leur attention; malheureusement cela n’a jamais été le cas…
Autre incohérence : L’introduction de l’étude d’un logiciel de CFAO à partir de la deuxième AS. A-t-on pensé à ce que cela implique pour l’élève qui doit posséder certains pré requis comme par exemple, d’assez bonnes notions en informatique, en dessin assisté par ordinateur (DAO) et surtout de sérieuses notion en technologie des fabrications?
Par ailleurs, nous avons pensé que l’introduction des machines à commande numérique allait moderniser notre enseignement technique. Là également l’opération s’est avérée insuffisante.
Au sujet de la Commande Numérique: Depuis la mise en place des premières machines CNC en 1969, où six centres d’usinage de marque italienne ont été installés dans divers établissements à travers le territoire national, ceux-ci n’ont jamais fonctionné; de même que les tours CNC anglais acquis en 1982-83 puis en 1998 ainsi que quelques machines françaises.
Sans compter l’insuffisance de la formation du personnel sur ce matériel, la technologie en ce domaine a considérablement évolué, ce qui a rendu toutes ces CNC complètement obsolètes.
Dans les pays développés, la machine traditionnelle a encore sa place dans l’industrie, mais il faut savoir que la commande numérique a pris une place prépondérante dans l’organisation de la production en ateliers et cellules flexibles.
Il est à noter cependant que les dernières machines CNC italiennes, au nombre de 37 acquises en 1999-2000, dont L’installation ainsi que la formation des professeurs, ont été assurées par une équipe d’enseignants et de techniciens du CAMEMD (tous algériens),  ont suscité un intérêt et un engouement sans précédent et a permis à beaucoup d’enseignants du technique formés à cette technologie, de se rendre compte du retard pris dans le domaine de la fabrication mécanique. Ils ont commencé enfin à entendre parler d’ateliers et cellules flexibles, de productique, de Conception et Fabrication Assistée par Ordinateur (CFAO), de Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur (GMAO), de spatialisation, de modélisation des pièces, des nouveaux procédés de conception et de fabrication, ainsi que des méthodes modernes de production et de gestion des fabrications.
Autre domaine presque ignoré dans l’Enseignement Technique : La gestion de la qualité et la normalisation; Éléments essentiels dans le développement des entreprises.
Une réforme est bien entendu conduite depuis quelques années. Mais touche-t-elle l’enseignement technique et comment?
En effet, notre but essentiel est de former les futurs cadres, ingénieurs, techniciens, ouvriers dont aura besoin notre pays; ce seront les futurs concepteurs de notre industrie de demain.
Donc puisque le monde du travail est l’utilisateur de ce «produit» que nous formons, pourquoi ne pas l’associer non seulement à l’élaboration des programmes d’enseignement, à la définition des différents profils de formation, mais à la réforme dans son ensemble. Cela me semble pour le moins essentiel.
Par ailleurs, d’autres partenaires, en plus de spécialistes (pédagogues et psycho pédagogues), doivent être associés à cette réforme; comme il est procédé dans tous les pays, développés ou non; où des commissions englobant tous les secteurs de l’économie (Éducation nationale, industrie, administration, armée, syndicats, Université, parents d’élèves…), sont chargées d’élaborer la réforme de leurs systèmes éducatifs particulièrement dans son volet « Enseignement Technique».
A titre d’exemple,voici un fait vécu : Lors d’un séminaire de formation des proviseurs et chefs de travaux à Béchar en 1995, je me suis élevé contre le fait qu’on m’ait chargé seul,(malgré toute l’expérience que l’on peut avoir), d’élaborer les programmes de trois matières techniques; programmes qui devaient être utilisés à l’échelle nationale.
 J’ai alors suggéré d’associer dorénavant, le milieu industriel à l’élaboration des programmes. Un responsable pédagogique s’est élevé et a affirmé : «nous n’avons pas à associer l’industrie. Car eux (l’industrie) c’est une chose et nous c’en est une autre». Je n’ai pas eu à lui répondre, l’assistance s’est chargée de le faire à ma place. C’est dire l’indigence de la conception de notre enseignement technique que se font certains responsables pédagogiques.
De nos jours, quel que soit le pays, on recherche une plus grande participation des entrepreneurs économiques et des partenaires intéressés à la définition des orientations des systèmes de formation en général, ainsi que des objectifs pédagogiques et des programmes de l’enseignement technique ou professionnel. Ceci dans l’esprit d’une plus grande collaboration et d’une plus grande complémentarité de L’école et de l’entreprise. Ce qui doit être, a mon sens une attitude scientifique fondamentale dans un système de formation.
 
 
V- CONCLUSION ET SUGGESTIONS
 
Un enseignement technique ou professionnel ne peut être efficace et rentable que s’il tient compte des bouleversements induits par la mondialisation, s’il prend en considération l’élément humain, dans sa conception à tous les niveaux. C'est-à-dire inculquer à l’apprenant, une culture technique et technologique qui lui permettra non seulement d’apprendre un métier mais également de savoir travailler en groupe, réfléchir, raisonner, analyser, argumenter ; d’être capable d’innover, d’évoluer dans son métier au grès des progrès techniques et technologiques.
A ce titre, notre enseignement technique ne peut être efficace et performant que s’il procède à la redéfinition des profils des formateurs à tous les niveaux; particulièrement ceux qui sont directement en contact des apprenants. C’est à dire beaucoup de professeurs et certains Inspecteurs de l’enseignement et de la formation qui actuellement manquent cruellement autant de formation technique pratique et pédagogique que de culture technologique.
D’autre part, aucune étude, aucune proposition ni aucune réflexion ne peut être objective et réaliste sans une étude préalable de notre réalité industrielle et de notre marché du travail d’une manière générale.
En effet, il semble qu’un important travail en amont doit être effectué. Un travail qui consiste à cerner avec le plus de précision possible la réalité du marché du travail dans tous ses secteurs; Qu’ils soient étatiques ou privés. Car c’est à l’enseignement technique (et professionnel) de s’adapter aux exigences socio économiques du pays et non le contraire.
Une fois ce travail accompli, on pourra alors, passer à :
-               la définition du besoin de chaque secteur de notre économie.
-               la définition des différents profils de qualification; c'est-à-dire les profils décrivant les activités et les compétences exercées par un travailleur tel qu’il se trouve en entreprise.
-               La définition des profils de formation. Partant de la définition des domaines et des niveaux d’intervention de l’apprenant, définir les compétences à acquérir en vue de la délivrance d’un diplôme que l’on appellera (selon le niveau) Brevet ou BAC technique, de technicien, technologique ou professionnel.
-               L’établissement de « passerelles»  pour ceux dont le niveau le permet, de continuer leurs études à l’université ou dans un institut de formation supérieure.
-               L’élaboration des objectifs pédagogiques de chaque profil, à la lumière de tout ce qui précède, puis passer à l’élaboration des programmes. Programmes cohérents qui ne soient pas figés mais évolutifs dans le temps en fonction des progrès dans tous les domaines scientifiques, techniques et technologiques. Toute nouvelle notion ou innovation doit être introduite dans les programmes même en cours d’année scolaire.
-               La redéfinition des équipements technico pédagogiques qui sont actuellement plus que conséquents mais qui demeurent sous-utilisés et souvent mal gérés; Alors qu’ils devraient simplement être adaptés aux nouvelles exigences économiques et pédagogiques ainsi que par l’actualisation des différentes matières techniques grâce à l’introduction de l’informatique à tous les niveaux (DAO, CAO, CFAO, GMAO etc…) sans pour autant abandonner les équipements conventionnels ainsi que les travaux manuels d’usinage qui gardent toute leur importance pédagogique.
-               A titre d’illustration, voici un cas exemplaire : lors d’une mission en Angleterre, et à l’occasion de la visite d’un centre d’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL, en compagnie de trois responsables pédagogiques, notre toute première constatation a été un groupe d’élèves de 14 à 16 ans autour d’un grand établi, chacun devant son étau, en train d’apprendre à limer. Mais à trois mètres de là, est installé un grand laboratoire de CFAO avec 18 ordinateurs et trois machines à commande numérique.
-               Lors de la visite d’un autre établissement, le Collège Technique de Wrexham dans le pays de Galles, comporte toutes les spécialités industrielles connues. Là également les équipements traditionnels côtoient les machines et appareils de dernière génération.  
-  L’introduction de nouvelles filières comme la productique mécanique, l’énergétique, la conception et la définition des produits industriels, la maintenance industrielle, la plasturgie, les structures métalliques, les métiers du secteur du tourisme, de l’hôtellerie, les métiers du secteur tertiaire etc…
-               Afin de rapprocher le plus possible l’école du milieu industriel, envisager la création de centres de ressources en génie électrique et génie mécanique*dotés d’un matériel tel que celui utilisé dans l’industrie.
Instituer des stages en entreprises bien organisés et parfaitement encadrés (professeurs et tuteurs en entreprise). Ces stages devront être obligatoirement validés pour l’obtention des diplômes.
Associer de responsables de l’enseignement technique lors de la conception des nouvelles constructions d’établissements d’enseignement technique afin qu’il soit tenu compte des spécificités fonctionnelles de ces structures éducatives.
 
VI-  LEXIQUE
 
ET= Enseignement Technique
CA= Centre d’Apprentissage
CET= Collège d’Enseignement Technique
CENT= Collège National d’Enseignement Technique
CCEP= Cours Complémentaire d’Enseignement Professionnel
FPA= Formation Professionnelle des Adultes
ENNEP= École Normale Nationale d’Enseignement Professionnel
ENNEP= École Normale Nationale d’Enseignement Technique
ENSEP= École Normale Supérieure d’Enseignement Professionnel
ENSET= École Normale Supérieure d’Enseignement Technique
CAP= Certificat d’Aptitude Professionnelle
PTA= Professeur Technique Adjoint
PETT= Professeur d’Enseignement Technique Théorique
BEI = Brevet d’Enseignement Industriel
BP= Brevet Professionnel
DT= Diplôme de Technicien
DAO= Dessin Assisté par Ordinateur
CAO= Construction ou Conception Assistée par Ordinateur
CFAO= Conception et Fabrication Assistée par Ordinateur
GMAO= Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur
CNC= Commande Numérique Conventionnelle
CAMEMD= Centre d’Approvisionnement  et de Maintenance des Équipements et Moyens Didactiques (Établissement National dépendant du Ministère de l’Éducation Nationale chargé du choix, de l’acquisition, de l’approvisionnement, de la maintenance et de la formation du personnel sur les nouveaux équipements pour tous les établissements scolaires, du primaire jusqu’au secondaire).
*Centre de Ressources = Section technique ou laboratoire installé dans un établissement pilote et doté d’équipements réels (non didactisés) tels que ceux utilisés dans l’industrie. Ils peuvent être des Centres de Ressources en Génie Mécanique ou en Génie Électrique. Ils sont installés, pour des motifs économiques, à raison d’un centre par région. Leur utilisation est programmée pour le passage des élèves de tous les établissements techniques de la wilaya.
 Les cours théoriques sont assurés dans les établissements d’origine, tandis que les manipulations pratiques ont lieu dans les centres de ressources.
                                                                                                                                                  FAIT à Oran le 15 Janvier 2007
Atman BOUHARIRA
 Retraité, Ex. Professeur Technique, Ex. Chef de Travaux, Ex. Directeur des Annexes CAMEMD d’ORAN et de TIARET.

ENSEIGNEMENT TECHNIQUE
Première Partie
 
REFLEXION  SUR  LE  MATERIEL DIDACTIQUE _ET  LES  EQUIPEMENTS TECHNICO PEDAGOGIQUES
Par Atman BOUHARIRA*
Sans nier une certaine ambiguïté quant à la signification de ces termes, on pourrait employer les termes « matériel didactique » pour désigner l’ensemble des appareils ou instruments scientifiques ainsi que les documents, livres ou notices les accompagnants. Communément désigné sous le vocable « matériel de laboratoire ». Celui-ci équipe les laboratoires des collèges et Lycées d’enseignement général ou technique .Il est destiné à être utilisé comme support pour la compréhension de phénomènes scientifiques, physiques ou chimiques.
Nous entendrons par « matériel ou Équipements technico pédagogiques », les machines et appareils, utilisés principalement dans l’enseignement technique (ce sont les machines-outils, appareils divers, outillages, pupitres spéciaux de montage ou de manipulation etc…).
Une nomenclature de ces matériels et équipements, est établie par les services du ministère de l’éducation. Malgré les quelques changements opérés depuis une vingtaine d’années, cette nomenclature est devenue presque obsolète à cause du retard pris dans les domaines technique et technologique ainsi que les changements intervenus au sein de l’enseignement technique ces toutes dernières années.
La raison est que :
 l°)-on s’est appuyé uniquement sur l’expérience (pas toujours évidente) de responsables pédagogiques pour établir cette nomenclature.
2°)-certains changements ont été motivés uniquement par le facteur économique et se sont traduits par une réduction à peu près de moitié du matériel pédagogique.
3°)-il n’a surtout pas été tenu compte de la réalité des différents secteurs de notre économie, notamment le milieu industriel, qui doit être à mon sens, le point de départ de toute réflexion sur la définition des besoins du marché du travail (notre « client »), pour passer à la définition des filières, la définition des programmes avec leurs différents niveaux, puis passer à  la définition des matériels didactiques et équipements technico pédagogiques pour aboutir enfin la configuration des ateliers et laboratoires.
4°)-il n’a pas été tenu compte des bouleversements socioéconomiques induits par la  mondialisation et qui influent directement sur le système éducatif.
Quoi qu’il en soit, une nouvelle nomenclature est nécessaire conformément aux nouvelles orientations et bouleversements intervenus dans l’enseignement technique ces toutes dernières années. Il reste à espérer que nos responsables tiennent enfin compte des éléments cités ci-dessus pour établir cette nomenclature et qu’ils la fassent évoluer en même temps que les programmes, en fonction des progrès technologiques.
Et là, une remarque importante s’impose. Étant donné ces changements, en particulier   sur les programmes et horaires d’enseignement ainsi que la disparition des travaux pratiques en ateliers, au profit de manipulations technologiques en classe ou en laboratoire : « Que va devenir le gigantesque parc machines d’environ deux cents technicums et Lycées techniques avec leurs infrastructures; la plupart n’ayant pas vingt ans d’âge?».
 
MATÉRIEL PÉDAGOGIQUE POUR LES COLLEGES       D’ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL (Enseignement Moyen)
Un matériel didactique est fourni pour les matières scientifiques ainsi qu’un matériel d’initiation technologique.
Ces équipements sont destinés à l’acquisition des connaissances fondamentales (en sciences naturelles, physique, chimie, technologie…). Ils sont également supposés aider à la compréhension de certains phénomènes physiques, électriques, mécaniques, chimiques…et susciter les « prédispositions » ou « dons » en vue de leur éventuelle orientation vers les filières techniques, scientifiques, mathématiques (ou lettres).
 
POUR LES LYCÉES D’ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL
Le matériel didactique est divisé en quatre catégories :
-         le matériel de sciences physiques
-         le matériel de sciences de la nature et de la vie
-         le matériel de chimie
-         le matériel audiovisuel
À cela il faut ajouter les supports didactiques que sont les livres et documents, notices techniques ou technico pédagogiques accompagnant le matériel.
Ils ont pour objectif, l’approfondissement des connaissances fondamentales acquises dans le collège et préparer leur orientation vers l’université.
Malheureusement l’enseignement des matières scientifiques continue, à quelques exceptions près, de se faire « à l’ancienne »; c'est-à-dire des cours trop théoriques avec seulement les appareils didactiques classiques dont dispose l’établissement; l’informatique étant le plus souvent absente. Alors que l’enseignement de toutes les matières peut être assisté par l’ordinateur, y compris l’histoire et la géographie.
Concernant l’enseignement de la physique, une expérience inédite a été réalisée avec succès en 1996 au technicum Fillaoucène d’Oran.
Des professeurs du génie électrique et du génie mécanique ont encadré durant trois jours, à la demande de l’Inspecteur général de la matière (actuellement Directeur de l’Éducation), un séminaire sur la matérialisation des phénomènes physiques ou chimiques observés durant les cours théoriques en classe. Ceci au profit d’une trentaine de professeurs de physique de la wilaya d’Oran.
Cette expérience a consisté en l’organisation de travaux pratiques en électronique, électrotechnique et fabrication mécanique; travaux à travers lesquels les intéressés devaient découvrir certains phénomènes physiques ou chimiques, qu’ils avaient de la peine à expliquer de manière abstraite à leurs élèves.
En fabrication mécanique par exemple, ces professeurs, venant de seize Lycées, ont réalisé, pour chacun de leurs établissements, une potence (appareil utilisé en physique et chimie), comportant du tournage, du fraisage et de l’ajustage. Ils ont pu constater visuellement au cours de l’usinage, les phénomènes de chaleur, de forces, de résistance, de vitesse, de transformation de mouvements, de dureté, de malléabilité etc…
 
LES ÉQUIPEMENTS INFORMATIQUES et AUDIOVISUELS
À l’heure du multimédia, certains formateurs et responsables pédagogiques n’ayant pas été formés à temps sur les nouvelles (en Algérie?) technologies dans le domaine pédagogique, ont cru pouvoir s’en passer.
Des initiatives ont été prises, normalement dans ce but, comme la dotation des établissements secondaires en ordinateurs mais en nombre tellement insuffisant qu’il est pratiquement illusoire de parler d’EAO (Enseignement Assisté par Ordinateur) ou d’ExAO (Expérimentation Assistée par Ordinateur).
De 12 à 20 ordinateurs par établissement demeure nettement insuffisant alors qu’il devrait en exister au minimum 12 à 15 par classe avec leurs périphériques et logiciels d’enseignement.
Le matériel existant n’a pas évolué depuis plusieurs années, tandis que la quasi-totalité des équipements et matériels didactiques, qui sortent tous les six à douze mois,sont actuellement conçus pour être utilisés, grâce à des logiciels et des interfaces de manière interactive. Ce que l’on appelle l’ExAO, l’EAO…
Les appareils audiovisuels :
Là également les équipements ont évolué. Actuellement, les établissements sont équipés de rétroprojecteurs, d’épiscopes et d’appareils de projection pour diapositives. Ces appareils ont souvent été négligés alors qu’ils peuvent rendre encore bien des services. Cependant il serait souhaitable que nos établissements disposent de « data show »* qui facilitent la tâche des professeurs et limitent l’usage abusif du papier dont nous sommes devenus les champions de la consommation.
 
POUR L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE
En plus du matériel didactique de laboratoire de physique, sensiblement le même que celui des Lycées d’enseignement général, les ateliers des technicums et Lycées techniques sont dotés d’équipements « lourds » qui malheureusement, vu les récents changements intervenus dans l’enseignement technique depuis quelques années,  devront « dormir » en attendant qu’une solution fasse que cet arsenal de machines ne se dégrade pas et qu’il n’aille en pure perte.
Leur but est (ou était) d’initier les élèves aux différentes techniques de fabrication sur machines-outils conventionnelles, leur donner, à ceux dont les établissements en sont dotés, des notions de programmation et d’usinage sur machines à commande numérique.
Pour le génie électrique, les équipements servent (ou servaient) à l’initiation aux essais et mesures électriques et électroniques diverses ainsi qu’à la réalisation de montages.
Pour la filière Génie Mécanique : les ateliers sont équipés de :
- machines-outils conventionnelles (tours, perceuses, fraiseuses, étaux-limeurs, rectifieuses, affûteuses…) ainsi que des machines de construction métallique et de soudage et parfois d’installations de traitements thermiques.
- machines à commande numérique, sous forme de laboratoires, composés chacun d’un tour et d’une fraiseuse à commande numérique et de sept ordinateurs reliés en réseau entre eux ainsi qu’avec les deux machines.
À peu près le quart des établissements seulement est doté de ce type d’équipements. Là également ces laboratoires doivent être accompagnés de leurs équipements multimédia.
Alors que l’on parle (pas forcément au « nord » seulement) de productique, de robotique, de cellules flexibles, d’automatisation, de modélisation, de maintenance industrielle, de CFAO*, de DAO*, de GMAO*; de technologies mécatroniques, nos établissements, pour assurer un enseignement moderne et de qualité, sont sous-équipés ou pas équipés du tout.
Dans tous les cas le matériel informatique, ordinateurs et périphériques, évoluant technologiquement, celui-ci se trouve au bout de quelques mois dépassé.
Pour la filière du Génie Électrique (électrotechnique et électronique) :- les équipements pour cette filière existent, mais leur utilisation demeure très en deçà de ce qu’elle devrait être du fait qu’ils n’ont pas évolué depuis plus de vingt ans. L’informatique y est pratiquement absente alors que les évolutions en ce domaine ne sont un secret que pour nos enseignants et nos responsables pédagogiques.
Des appareils et des machines d’essais et de mesures, de fabrication de circuits imprimés, de bobinage de moteurs électriques, des automates programmables ainsi que des pupitres de manipulation accompagnés de composants, appareils et outillages, pour la réalisation de montages électrotechniques, électroniques, ou d’automatismes électriques et pneumatiques.
 
Pour le Génie civil : les laboratoires et ateliers sont dotés de machines et d’appareils d’essais en géomécanique en topographie ainsi que du matériel de chantier.
Les mêmes remarques s’appliquent pour cette filière que pour les deux précédentes, s’agissant des équipements informatiques qui doivent nécessairement accompagner le matériel de laboratoire.
 
REMARQUE IMPORTANTE SUR LES ÉQUIPEMENTS INFORMATIQUES ET LEURS PÉRIPHÉRIQUES
Si les ordinateurs évoluent d’année en année, il faut savoir que lorsque des logiciels sont mis sur le marché, (particulièrement ceux relatifs à la productique, à l’électronique, l’électrotechnique, le génie civil etc…) ils subissent régulièrement des évolutions ou des changements parfois tous les mois, si ce n’est moins, ce qui fait que les utilisateurs, en l’occurrence nos enseignants et nos inspecteurs, doivent être constamment à l’écoute de toutes ces évolutions au risque d’être vite dépassés.
Cependant, à charge de l’état de prendre les dispositions financières, pédagogiques et techniques pour le renouvellement périodique de ces équipements, la fourniture de la documentation ainsi que les éventuels recyclages ou formations.
Remarque : Il n’existe pas à ce jour, de système de commande numérique ni de logiciels de DAO, CFAO, GMAO… en arabe.     Alors que nous nous efforçons d’arabiser les manuels relatifs à ce type de matériel. Dans quel but ?
Ceci complique la compréhension de cette partie de la mécanique, de plus en plus dominante dans l’industrie, par des élèves dont le niveau en français (ou en anglais) demeure insuffisant.
Deuxième Partie
LES MANUELS TECHNIQUES
« L’enseignement, c’est comme la médecine; on ne doit pas se tromper. À Fortiori lorsqu’il s’agit d’élaboration de livres scolaires »
Dans l’enseignement technique nous restons tributaires des livres et documents étrangers.
Un des documents les plus utilisés en mécanique, est le guide du dessinateur industriel (Chevalier). L’édition de 1979 a été traduite en arabe et est demeurée utilisée durant de nombreuses années. Or, chaque année sort une nouvelle édition de ce guide, actualisée en fonction des nouveautés techniques et de la sortie de nouvelles normes (ISO, AFNOR…) de ce fait, l’enseignement du dessin technique a pris un retard considérable.
Depuis la fin des années quatre-vingt, où l’arabisation du technique a été officialisée, des livres ont été produits ou simplement arabisés mais jamais ce travail n’a atteint des sommets pédagogiques ou techniques ni même esthétiques.
Si ces tentatives sont louables, il n’en demeure pas moins que la recherche de la qualité pédagogique et technique n’a pas été, il me semble, le souci majeur des auteurs.
Pourtant chacun sait qu’au niveau des enseignants ou de leurs responsables pédagogiques, du point de vue technique ou technologique, rien n’a été inventé ni créé à ce jour; que les documents élaborés sont un amalgame de cours pris dans différents livres étrangers, principalement français,(parfois simplement plagiés et arabisés).
Ce qui devrait être exigé à tout éventuel auteur, est un minimum de recherche pédagogique dans l’élaboration des manuels, dans la forme comme dans le contenu. Car un manuel scolaire est avant tout destiné à des élèves; Il doit donc être esthétiquement attractif, clair, précis et facilement exploitable pédagogiquement et surtout ne pas comporter d’erreurs.
Ces manuels subissent-ils des contrôles avant leur publication et par qui?
Car l’élaboration d’un manuel scolaire, doit obéir à certaines règles techniques et pédagogiques. A-t-on respecté ces règles? Il est difficile, me semble t-il, de répondre par l’affirmative.
Avant sa parution, tout manuel subit des contrôles, pour juger de son intérêt pédagogique, sa conformité aux programmes et orientations pédagogiques et qu’il ne comporte surtout pas d’erreurs techniques ou de traduction. Il doit être homologué en quelque sorte par une commission spécialisée et dûment mandatée.
Cette année est sorti le nouveau manuel de technologie élaboré par un groupe d’inspecteurs généraux de la mécanique, destiné aux élèves de troisième AS Technique Mathématiques. La première constatation a été le manque de recherche dans la présentation des cours et le manque de clarté. Au fil des pages, on a l’impression de feuilleter un catalogue de mauvaise qualité, plutôt qu’un livre de technologie.
Pour montrer les incohérences, les insuffisances et les fautes graves que comporte ce document, quelques « perles » ont été relevées dont voici un extrait.
Page 60.Engrenages : deux formules sont données :         

Mais sur les dessins, ne sont représentés ni « d1 » ni « d2 » ni les pignons « 1 » et « 2 ». Que représente « a »?                                        
         Page 62 : sur le dessin, est désigné l’angle par α (alpha) tandis que dans la formule il est désigné par « a ». Ainsi, le choix des symboles est très aléatoire. Comme par exemple : ς (sigma), ζ (dzêta), Y pour γ (gamma)…
         Page 91 : le montage impossible d’une clavette est présenté.
         Pages 134, 138 et 139 : Lecture du pied à coulisse.
Certains schémas proposés sont faux. Il faut rappeler que :
Pour le pied à coulisse au 1/10ème (étudié en classe de sixième), 09 (neuf) millimètres sur la règle sont divisés en dix parties sur le vernier.
Pour le pied à coulisse au 1/ 20ème, 19 (dix neuf) millimètres sur la règle sont divisés en vingt parties sur le vernier.
Pour le pied à coulisse au 1 /50ème, 49 (quarante neuf) millimètres sur la règle, sont divisés en cinquante parties sur le vernier.
         Pages 162-163 : le programme de commande numérique ainsi que les dessins proposés sont faux. Comme la position des axes x et y, qui, sur le dessin (scanné à partir du fascicule de CNC élaboré par l’équipe du CAMEMD) prennent un sens exact; tandis que dans la même page,  sur les croquis réalisés par les auteurs, ces axes prennent le sens inverse, ce qui est très grave, n’ayant pas spécifié la position de la tourelle porte-outils (tourelle avant ou tourelle arrière); l’axe « x » caractérisant le sens du déplacement radial de l’outil.
         Page 165 : Un programme CNC élémentaire est proposé aux élèves avec le dessin de la pièce à réaliser. Ce programme est complètement erroné. Ex. : bloc N20 : G96 S1000. Cela veut dire que l’élève doit utiliser une vitesse de coupe constante de 1000 mètres par minute; ce qui est une aberration sauf lorsqu’il s’agit d’Usinage à Grande Vitesse. Or là  n’est pas le cas . La même faute se répète à la Page 158 : Bloc N20 : G 96 S1000
 De plus, le programme (page 164) ne correspond pas du tout, ni au dessin ni aux cotes. Le parcours de l’outil dans ce cas là, risque de provoquer un accident.
Toujours sur le chapitre relatif à la commande numérique, de graves erreurs apparaissent; Comme des programmes de pièces entièrement faux. Celui de la page 164 est inutilement long; des oublis comme la non indication du système de commande numérique préconisé dans le document, l’absence de tableaux d’outils pour la CNC * etc.. Ceci sans compter qu’une bonne partie du cour proposé est issue d’un fascicule élaboré par un groupe  d’encadreurs, professeurs ingénieurs et techniciens supérieurs, sous l’égide du CAMEMD*, à l’issue d’un stage d’initiation à la programmation et à l’utilisation des machines CNC. Stage auquel trois parmi les auteurs de ce manuel ont été convoqués et qu’ils ont tout bonnement déserté, au prétexte que le stage n’était encadré que par de simples enseignants. Mais cela ne les a pas empêché de (mal) reproduire une bonne partie du fascicule de ce stage qu’ils ont déserté et qu’ils ont copieusement dénigré.                
           Tout le long du livre, il me semble que les auteurs ont rencontré un sérieux problème avec la lettre « É ». En effet, des fautes de frappe sur plusieurs pages, (ALPHANUMŽRIQUE, GŽOMŽTRIQUE), montrent si besoin est, à quel point l’élaboration de ce document a été bâclée.
           Page 171 : La traduction de CAM : traduit par : Computer Assisting Milling au lieu de Computer Assisting (ou Aided) Manufacture.
           Pages 168 à 181 : Des notions rudimentaires de CFAO sont présentées, à travers les fenêtres d’un logiciel (le TEKSOFT 99), elles ne suffisent même pas pour comprendre les principes de base de l’utilisation de cet outil informatique.
          Au fil des pages, les dessins et croquis ne sont pas repérés et comportent des doubles traits (Ex. p.82, p.90…). La plupart des photographies sont très floues, Il est difficile de se retrouver avec des dessins comme celui de la page 59, paragraphe 1-4 par exemple.
          Ce qui ajoute à la confusion dans l’esprit des élèves.
          À la fin, même le lexique n’a pas été épargné. Des mots abrégés ainsi que des fautes d’orthographe tels que Per.broc.multiple, C.de roulement, D.monostable, Bib. virtuelle, angle coupe (pour angle de coupe) Forcede cohesio, action àdistanc. Enfin comme signalé plus haut, le problème avec le « É » resurgit pour donner F.prŽparatoires, F.complŽmentaire,  ou encore NuclŽaire, Norm.derepŽrage et j’en passe. Je laisse le lecteur imaginer le désarroi de l’élève devant de telles absurdités.
 D’autres erreurs existent dans ce document, mais il serait fastidieux de toutes les relever. Une commission ministérielle devrait s’en charger au plus vite afin de ne pas induire nos enfants dans des erreurs qui pourraient s’incruster dans leurs esprits de manière permanente.
 Bien sûr, on pourrait être tentés d’incriminer le manque de temps ou l’incompétence des agents de saisie (s’il y en a eu) ou bien invoquer d’autres raisons. Cependant, avant de signer un tel document et l’envoyer au tirage, un minimum de contrôle aurait dû être effectué.
Rien, à mon avis, ne justifie une telle désinvolture…autant pédagogique que technique.
         Je ne terminerais pas sans insister sur le choix des éventuels auteurs qui doit être à mon sens, très judicieux. Car, oser produire un document de cette importance, document destiné aux élèves de tout un pays, est une responsabilité qu’un enseignant sensé devrait s’interdire d’assumer s’il ne s’en sent pas capable.
          Quelques exemples de critères guidant dans le choix d’un éventuel auteur : Pour les mécaniciens par exemple, ceux-ci devront, en plus d’une expérience technique pratique et pédagogique non négligeable, avoir de sérieuses connaissances en conception et fabrication, en productique, en commande numérique, en informatique et enfin des connaissances en terminologie infaillibles ainsi qu’une dose de culture générale et technique bien au dessus de la moyenne. Ce qui reste, hélas, à vérifier chez les concepteurs de cet important manuel de technologie.
 

 
Proposé par : M.Atman BOUHARIRA , 
Retraité, ex. directeur régional de deux antennes CAMEMD d’Oran et de Tiaret, ex. professeur chef de travaux, formateur.
CNC : Commande Numérique par Calculateur
CFAO : Conception et Fabrication Assistée par Ordinateur
CAMEMD : Centre d’Approvisionnement et de Maintenance des Équipements et       Moyens Didactiques. Établissement dépendant du Ministère de l’Éducation Nationale
Data Show : Un data show (mot anglais) est un électro-projecteur qui sert a projeter les images reçues d'une source (par exemple PC, lecteur DVD ....), sur un mur, un écran ou un tableau blanc.
 
ORAN le 05 décembre 2007


08/01/2012